L’éloquence – 1° partie

L’éloquence – 1° partie

IMG-20161126-WA0015Un entretien de Jean Escalant à propos de ses séminaires sur l’éloquence

Question : Qu’est-ce que l’éloquence ?
Réponse : « Depuis de nombreuses années, nos jeunes étudiants sont, en règle générale, formés à la rédaction de leur communication, qu’ils ne disent plus, y compris plus tard, lorsqu’ils auront à prendre la parole en public.
Il n’y a plus de « parlants spontanés », tous ceux qui prennent la parole aujourd’hui, ont préalablement rédigé un discours.
Ils rédigent leur intervention et pourtant malgré cela, butent sur les mots et la ponctuation.
A l’instar du chanteur, nous avons à interpréter une partition sur laquelle sont indiqués certains éléments indispensables au rythme et à l’esprit de celle-ci.
Pourtant d’autres ne le sont pas, l’interprète doit gérer son souffle, par exemple, faire des pauses adaptées à la cadence et au rythme.
Il en va de même pour l’art oratoire qui révèle l’éloquence, une discipline qu’il faut suivre et appliquer en fonction de sa personnalité et de ses possibilités ».

Question : Si nous ne rédigeons plus, comment ne pas perdre le fil ?

Le génie de l’éloquence consiste à pouvoir être interrompu durant son discours, son cheminement parce qu’il il surgit quelque chose d’important, une réflexion d’un des auditeurs, d’un des participants qui vont émettre une objection à l’idée que l’on est en train de transmettre ou qui va apporter un autre point de vue, et cet autre point de vue ou cet autre position vont perturber  le bon déroulement des mots et des idées ».
Un éclairage nouveau peut apparaître, provoquant une réorientation du message, nous sommes alors comme une hirondelle dans son élément, qui glissant l’aile sous le vent, va s’adapter aux différents courants aériens, aux pressions, aux courants d’airs chauds et froids tout en se maintenant en vol en faisant parfois des acrobaties.
A vouloir faire mieux dans les principes de communication, nous sacrifions cet humanité qui doit animer toute transmission orale, la spontanéité.
Je pense que c’est aussi cela l’éloquence.

Question : L’éloquence est un don ou une technique ?
Réponse : « Le mot don c’est trop sélectif. Ce serait à dire Il y a ceux qui sont doués et ceux qui ne le sont pas.
Nous savons les uns et les autres que ce n’est pas vrai totalement vrai, fort heureusement.
Certes, certains sont prédisposés et il n’est question en l’occurrence que d’assertivité, autrement dit la relation que nous avons avec nous même, notre développement personnel.
Une fois cette problématique traitée, reste la technique et celle-ci s’apprend et se pratique.
Chacun acquiert des aptitudes, des possibilités de prendre la parole en fonction de la nature du débat… »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *