Communication et éloquence – 2° partie

Communication et éloquence – 2° partie

Voici la seconde  partie de la série d’articles sur la communication et l’éloquence proposé à la lecture des internautes par Sabine Steffan, linguiste consultante pour Vocea international.

De plus en plus, la forme du message l’emporte sur le contenu

Le message verbal qui représente moins de 10 % d’un entretien est submergé d’information parasites qui trop souvent influencent le discours parlé.

Silences, gestes, postures, expressions faciales, ton de la voix, rythme de l’élocution, vêtements… complètent le message auditif.

La communication non verbale  exprime sous fond de « non dit » les émotions, les sentiments, les valeurs de la personne qui parle.

Est ce là vraie éloquence et vraie communication ?

Oui, sans aucun doute. Le coté positif est que l’humain offre  lorsqu’il parle un complément d’information sur tous ces sentiments, émotions etc qui ne sont pas ou ne peuvent pas être exprimés.

 

Le revers de la médaille, car il y en a toujours  un, c’est l’abus non attentif qui est fait de la vulgarisation de  cette nouvelle science.  C’en est fini des auditeurs attentifs qui « buvaient » les paroles des grands orateurs.

Le risque, c’est la manipulation que cela peut engendrer,  et un amateurisme délinquant qui prenant possession de cette science en font une mode, un formatage et détruisent le sens du bon, du vrai et de beau  pour aller vers une  perte de la valeur profonde de l’humain et de ses différences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *