Emotion / 3 – Le cœur a ses raisons, que la raison ignore

Emotion / 3 – Le cœur a ses raisons, que la raison ignore

Il faudrait assurément commencer par mettre définitivement un terme à ce vieux schéma formulé par Descartes, l’opposition raison/émotion, nous savons aujourd’hui, que la raison avant d’être, a d’abord ressenti et fut donc, émotion.

Ensuite et enfin, accepter cette réalité : notre cerveau supérieur, gérant de l’édifice, ne contrôle pas les émotions, il ne peut que les gérer… et s’en faire des alliées

Notre cerveau supérieur a des adjoints répartis au niveau de certains organes vitaux, matérialisés par des neurones et des neurotransmetteurs.

Lorsque enfant, nous tombions de bicyclette, pas le temps d’avoir peur, nous étions déjà au sol, indemne… Pourtant la chaîne endocrinienne avait fait son œuvre, relayant tous les processeurs permettant l’optimisation des réflexes, de notre structure musculaire… sans en être conscients..

Et quand nous avions failli tomber ? La réponse se situait au niveau du rythme cardiaque, de l’adrénaline, de nos glandes sudoripares, autant de traces physiques, vécues et ressenties en conscience… C’est précisément là, que « le cœur avait ses raisons, que la raison ignorait »

Jean Escalant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *