Le «Coaching» individuel

Le «Coaching» individuel

Bien qu’il existe de nombreuses formations diplômante inscrites au RNCP, la notion de «coaching » (notamment quand elle est liée au «développement personnel») peut être instrumentalisée et dévoyée de son objectif initial.

«Le coaching et executive coaching est un accompagnement personnalisé cherchant à améliorer les compétences et la performance d’un individu, d’un groupe ou d’une organisation, grâce à l’amélioration des connaissances, l’optimisation des processus et des méthodes d’organisation et de contrôle» (wikipedia)

Le terme de coaching est issu du monde du sport de haut niveau outre-atlantique et ainsi depuis plusieurs décennies, les français en adoptent la terminologie pour transcrire la quête de performance en entreprise, transposant même à une période des années 80 la terminologie du rugby pour décrire une équipe (team) qui gagne (win) et les techniques employées pour ne pas perdre (lose), ce qui nous donna team-building, winner, loser, win-win, etc.

Aborder l’accompagnement personnalisé sous les projecteurs de l’entreprise revient à commencer son déjeuner par le dessert.

En effet, un individu lambda présentant une problématique liée à son état d’âme est avant tout, une femme ou un homme pour qui l’entreprise n’occupe qu’un tiers de sa vie, il ne doit pas être en être autrement et cela doit être cette personne redimensionnée, ouverte et équilibrée qui occupera sa place dans l’entreprise et non pas un cadre d’entreprise performant qui occupe accessoirement la place de mari ou de compagnon et de papa, quand à la fin de sa journée de travail, il rejoint ses pénates.

Déontologiquement parlant, il est important de se repositionner à chaque fois, en fonction de la découverte de son client et de l’adoption par celui-ci des conclusions que vous avez tirées de votre investigation personnelle.

Évidemment la démarche est basée sur une déclaration d’intention mutuelle et sur le pacte qui est accepté et conclu, faute de quoi, un accompagnement ne peut s’opérer, les améliorations n’étant que rarement visibles et concrètes.

Jean Escalant.
Comments are closed.